Accueil du site > I - Le Club > Actualité > I love C2... Save C2

I love C2… Save C2

Pour comprendre la problématique

vendredi 24 juillet 2015, par PECHE Richard


Tout d’abord un peu d’histoire… olympique.

En canoë kayak il y a plusieurs spécialités… comme au ski, en natation, en athlétisme…
On notera donc trois "familles" :
- En eau vive (rivière ou stade d’eau vive) : la descente de rivière, le slalom (avec des fiches formant des portes), le freestyle, le raft, la haute rivière…

- En eau calme (plan d’eau) : la course en ligne, le kayak polo, la randonnée, la marathon, le dragon boat…

- En mer : kayak de mer, va’vitesse, waveski surfing, ocean racing,

Parmi ces spécialités, deux seules sont olympiques : la course en ligne et le slalom.

La course en ligne l’est depuis 1936 ! 43 ans, une paille…
Et ce sur un "format" important puisqu’il y a 12 épreuves (8 masculines et 4 féminines). Voir le tableau ci-dessous :

JPG - 37.3 ko
Les épreuves de course en ligne

Le slalom l’a été en 1972 pour les JO de Munich puis a disparu… pendant 20 ans pour l’être de nouveau en 1992 à Barcelone. Donc depuis 23 ans.
Sur un "format" réduit puisqu’il n’y a que 4 épreuves (3 masculines et 1 féminine) : canoë monoplace hommes (C1H), canoë biplace hommes (C2H), kayak monoplace hommes (K1H) et kayak monoplace dames (K1D).
Pour revenir, en 1992, le slalom a répondu à la demande de l’universalité afin que davantage de nations puisse participer. Aussi un seul athlète par nation peut désormais participer à une épreuve.
Sur le tableau ci-dessous le palmarès C2 en slalom :

PDF - 225.4 ko
Palmarès C2 aux JO

On constate donc qu’en canoë kayak (course en ligne + slalom) il y a déséquilibre entre hommes et femmes au détriment de ces dernières. Ceci existe dans bien d’autres sports.
Aussi faut-il évoluer vers un rééquilibrage hommes / femmes.

Pour les jeux de Rio 2016, rien de changera pour les spécialités canoë kayak et leurs épreuves.

Mais la réflexion est engagée par les instances pour Tokyo 2020.
Et l’idée avancée est la suivante : faire entrer le canoë slalom monoplace dames (C1D)… et, dans le même temps, faire sortir le canoë slalom biplace hommes (C2H).
Ce serait dont au slalom, seul, de régler le problème de l’équilibrage…
Alors qu’il ne propose que 4 épreuves…

Cette décision interpelle, on ne trouve pas la logique du raisonnement.
Le C1D devient, au fil des saisons, performant. Le faire entrer est une excellente idée. Pour la spécialité et pour favoriser une participation accrue des femmes.
Mais sortir le C2H est une ineptie. Cette spécialité est très appréciée du "monde du canoë" et des spectateurs. L’évolution en eau vive de ces bateaux est très spectaculaire et fournit de très belles images télévisuelles.

Le GESN est particulièrement sensible à ces modifications !
En effet l’histoire du club est émaillée d’aventures formidables de binômes performants au niveau international : Saïdi / Del Rey, Saïdi / Daval, Gaspard / Gaspard, Klauss / Péché…

Si vous souhaitez soutenir les C2H (mais aussi les C1D) , adhérer au mouvement "I love C2 - Save C2", parlez-en autour de vous, tentez de convaincre !

Page Facebook "Save C2"


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales